La hausse des primes: Inquiétude pour les familles et pour les caisses de l’Etat

Selon le conseiller d’Etat Mauro Poggia, l’augmentation de 4,8% des primes maladies pour 2016 à Genève est excessive. Plusieurs cantons dénoncent une hausse des primes sans relation avec l’évolution des coûts de la santé dans les cantons.

Genève reste, avec une prime moyenne de 524 francs par adulte, le deuxième canton à payer les primes les plus chères derrière Bâle-Ville. C’est une augmentation d’environ 24 francs par adulte qui aura un impact sur les familles, mais aussi sur les caisses de l’Etat.

Grande colère dans le canton du Jura

Le canton du Jura enregistre la plus forte hausse des primes maladie 2016, après Neuchâtel, avec une augmentation moyenne de 7,4%. „Une telle hausse n’est pas justifiable et n’est pas supportable“, a commenté le ministre jurassien de la santé Michel Thentz.

Assura, la principale assurance maladie du Jura, annonce des hausses de primes de 14.1% pour les adultes et les jeunes et une hausse de 32.1% pour les enfants. Cette nouvelle inquiète surtout les familles, mais aussi le Département de la santé.

Tout le système va droit dans le mur

Selon le ministre de la santé, tout le système va droit dans le mur. L’assurance-maladie ne fait pas de pertes, rappelle-t-il. Quand il n’y a pas assez, c’est l’assuré qui paie. Les efforts du canton pour maîtriser les coûts de la santé ont totalement échoué. Il n’y a vraiment aucune corrélation entre ces derniers et l’augmentation des primes.

Quelles sont les solutions?

D’après le chef du DEAS, une solution pourrait être une prime unique cantonale. Celle-ci serait gérée par le canton et permettrait notamment de rembourser le trop-perçu aux assurés, tout en gardant un ou plusieurs assureurs maladie pour l’administratif.