Boom des médecines complémentaires et alternatives

Acupuncture, MTC, médecine anthroposophique, phytothérapie, homéopathie médicale classique, les médecines alternatives ont de plus en plus d’adeptes. Certaines sont très anciennes, comme la médecine traditionnelle chinoise qui, appuyée sur ses livres de médecine enrichis de génération en génération, a posé des bases qui sont restées stables depuis bien avant Jésus-Christ.

Pas tous les Assureurs maladie prennent en charge les frais de traitement de médecine alternative dans l’assurance de base. Il est du coup très important de bien se renseigner sur les couvertures d’assurance avant de faire son choix.

Les médecines alternatives prennent du galon

En Amérique du Nord, un tiers des patients ont déjà recouru à des médecines non classiques et de nombreux enfants atteints de maladie chronique prennent des vitamines et des thérapeutiques à base de plantes, sans que les pédiatres en aient forcément connaissance. Pas moins de 50 % des enfants victimes d’autisme, une grave maladie psychiatrique, auraient ainsi reçu aux Etats-Unis des traitements alternatifs, souvent à base de vitamine B6, de magnésium et de suppléments nutritionnels, voire de médicaments antifongiques destinés à lutter contre les champignons.

Quand est-ce que la médecine alternative est-elle recommandée?

Les traitements alternatifs sont surtout recommandés pour les inflammations et les irritations de la structure des tissus conjonctifs comme les tendons, les insertions tendineuses, les bourses muqueuses, les capsules articulaires et le périoste. On fait aussi appel aux méthodes thérapeutiques alternatives en présence de blessures musculaires et ligamentaires ou d’hématomes dus à un accident – sans oublier leur efficacité face aux signes d’usures. Un recours à temps à la médecine alternative peut contribuer à la prévention des dommages à long terme.